2.14.88.2, 2019-04-17 12:17:15

Vous lisez:: Off-track Stéphane, Artiste plasticien.

Vainqueur belge aux Oscars : plongée dans un univers merveilleux délicieusement absurde.

 

Artiste plasticien, Stéphane Halleux a remporté un Oscar avec un court métrage basé sur un personnage de sa création, « Monsieur Hublot ». Son univers onirique est composé des créatures les plus absurdes, fabriquées de manière artisanale à partir de ferrailles ou d'antiquités. Dans ce deuxième épisode de « Off track », nous vous faisons vivre une journée typique de la vie de Stéphane Halleux. Venez découvrir comment il crée la magie de ses personnages.

"La recherche de la liberté est le fil rouge de mon œuvre."

Avec ses impressionnantes figurines, Stéphane Halleux a conquis le monde de l'art international sans trop se poser de questions. Avec sa sobriété belge et son caractère communicatif, il entraîne tout le monde dans son périple à travers le passé. Stéphane a créé un univers onirique où l'absurde et l'humour règnent en maîtres en parfaite harmonie. « Une ère mécanique dessinée par des robots sponsorisés, des vendeurs volants et d'élégants moyens de transport », explique Stéphane Halleux.

 

 

"Je fais de l'art populaire: les gens doivent se sentir comme un enfant dans un magasin de jouets."

Stéphane travaille exclusivement avec de vieux matériaux qu'il récupère sur des brocantes, lors de bourses aux pièces détachées ou dans des quincailleries. Son œuvre est le résultat d'un assemblage minutieux et de longues heures de bricolage. Sa maestria invite le spectateur à admirer avec étonnement toutes les figurines singulières de sa collection. Chacune d'elles est un petit bijou qui ne laisse rien présumer de son origine.

Suivez Stéphane ...

... dans sa quête d'inspiration.

Stéphane part souvent à la recherche de vieilles pièces pour leur donner une nouvelle vie. Il adore les gadgets techniques oubliés ou les accessoires perdus. Contempler ses personnages et ses véhicules, c'est glisser doucement dans un monde où passé et futur s'entrechoquent. Exactement comme sur un marché de seconde main, l'endroit de prédilection de Stéphane pour trouver l'inspiration.

1 / Bruxelles.

Marché aux puces de la place du jeu de Balle.

Stéphane Halleux est un sculpteur moderne qui adopte un style très caractéristique. Il crée ses figurines futuristes avec des pièces du passé. Les babioles et les antiquités conviennent à merveille pour cela. En fouinant sur les bourses aux pièces détachées, il trouve l'inspiration et discute avec les vendeurs. C'est dans des endroits comme ceux-là que Stéphane a façonné son univers.

Un de ses marchés préférés est situé dans le quartier populaire le plus célèbre de Bruxelles : les Marolles. Ouvert tous les jours, le marché aux puces de la place du Jeu de Balle permet de découvrir les objets de deuxième main les plus incongrus. On y trouve des choses ô combien étranges et des vendeurs très singuliers. Depuis quelques années, les Marolles connaissent un succès grandissant et le quartier renaît. Aujourd'hui, de plus en plus de magasins branchés, de bars à café et de magasins de meubles s'y établissent. Le club techno le plus célèbre de Belgique se trouve à deux pas de la place du Jeu de Balle. Un lieu qui vaut le détour !

2 / Hamois.

Atelier privé.

Quand Stéphane a déniché les bonnes pièces, il rentre chez lui. Les jolies routes de campagne de Hamois nous conduisent à l'atelier de Stéphane, niché entre forêt et maisonnettes grises. La Valhalla de ses figurines industrielles est situé au cœur du petit village.

C'est là où la magie opère, là où Stan, son apprenti, et lui donnent une nouvelle vie à des objets mis au rebut. L'atelier est malheureusement fermé au grand public. Si vous voulez découvrir son travail de plus près, vous pouvez visiter des galeries à Bruges, Knokke, Paris et Luxembourg. Si vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre de Stéphane, c'est par ici : http://www.stephanehalleux.com.

3 / Liège.

Cité Miroir.

En janvier 2014, les anciens Bains et Thermes de la Sauvenière sont devenus La Cité Miroir, un espace culturel et citoyen en plein cœur de Liège. Stéphane y a déjà exposé par le passé. « La Cité Miroir est devenue un lieu unique pour l'art au service des gens », explique Stéphane. « Or, c'est précisément ce que j'essaie de faire. L'esprit unique des anciens Bains et Thermes a été préservé lors de la rénovation, ce qui a permis à ce bâtiment emblématique de Liège de conserver toute sa grandeur. »

 

La Cité Miroir a été construite en 1936 par l'architecte moderniste Georges Dedoyard. Elle comprend deux bassins de natation, une gare routière, un café, un restaurant et un dancing. Le bâtiment n'est achevé qu'en 1942. La Sauvenière connaît rapidement un grand succès. En 1943, année record, on y enregistre plus de 800 000 nageurs. En 2000, les Thermes ferment leurs portes parce qu'ils ne répondent plus aux normes de sécurité. Les travaux de rénovation débutent neuf ans plus tard. L'ouverture en 2014 attire 22 000 visiteurs.

Aujourd'hui, La Cité Miroir contribue à la nouvelle identité de la bouillonnante Cité ardente. Si vous êtes dans le coin, vous pourrez facilement y passer une agréable soirée.

Le nouveau Touareg.

“C'est un fantasme de partir en voiture et de rouler sans savoir où on va."

"Le Touareg est très esthétique."

 

Stéphane est parti en roadtrip à travers la Belgique au volant d'un Touareg.

« Le Touareg est très esthétique », glisse-t-il. « J'aime particulièrement son superbe design et la finition minutieuse de son habitacle. C'est dans la lignée de ce que je fais. Conduire, voyager, être sur la route : cela fait partie de mon travail. On retrouve d'ailleurs souvent des moyens de transport dans mes sculptures. Bref, j'aime rouler en voiture. Mais il faut que ça avance (rire). »

Suivez
Off-track.

La nouvelle série documentaire de Volkswagen.

Vous en voulez plus ?

Off track sillonne notre pays à la recherche des lieux les plus authentiques et les plus méconnus qui reflètent notre caractère belge. Un guide sur la beauté de la Belgique riche en expériences humaines.