L’acquisition de ressources pour la mobilité électrique

Si la mobilité électrique réunit toutes les conditions pour nous offrir un avenir durable et efficace, elle nous lance en même temps des défis : des matières premières au recyclage. Volkswagen prend ses responsabilités et travaille sur des solutions globales pour l’homme et l’environnement.

Illustration du lithium et du cobalt.
  1. L’acquisition de ressources pour la mobilité électrique

La mobilité électrique a besoin de matières premières

La mobilité a besoin d’énergie. La mobilité électrique en est une forme particulièrement efficiente. Après tout, en conduisant un véhicule électrique, vous pouvez aller trois à quatre fois plus loin qu’avec un véhicule thermique avec la même quantité d’énergie. La nouvelle ID.3 tire l’énergie nécessaire pour cela d’une batterie lithium-ion.

Les cellules de la batterie lithium-ion se composent toutes de deux électrodes, d’un séparateur et d’un électrolyte liquide. L’une des électrodes est constituée de graphite et l’autre d’un assemblage de lithium, de nickel, de manganèse et de cobalt. Sans ces matières premières, il est impossible de produire des accumulateurs électrochimiques aux propriétés comparables. En tout cas, pas encore.

Les matières premières dans la batterie de l’ID.3.

Quelles sont les principales matières premières utilisées dans la fabrication d’une batterie lithium-ion ? Où ces matières premières sont-elles extraites ? Quelle quantité de chaque matière première contient votre ID.3 ? Cliquez ici pour en savoir plus.

  • Cobalt
    Cobalt
  • Lithium
    Lithium
  • Graphite
    Graphite
  • Manganese
    Manganese
  • Cuivre
    Cuivre
  • Nickel
    Nickel

Cobalt : l’élément

  • Cobalt
    Cobalt

Son nom vient de cobaltum (le mot latin pour « lutin »), car les gens pensaient autrefois que des lutins souillaient les minerais avec ce minéral inutilisé à l’époque.

  • Symbole                                        Co
  • Réserves*                                   7,000,000 t
  • Aspect                                bleu métallisé/gris
  • État physique                         Solide

* Gisements économiquement exploitables dans le monde en 2019 selon l’état de la technique ; source : USGS

Les mesures de Volkswagen

La production de véhicules nécessite des matières premières dont l’extraction a généralement une incidence sur les écosystèmes existants et des effets tant sur l’homme que sur l’environnement. Nous en sommes conscients. C’est pourquoi nous avons obligé contractuellement nos fournisseurs directs à adopter des normes sociales et environnementales strictes dans un Code de conduite et que nous les enjoignons aussi tout particulièrement d’exclure les violations des droits de l'homme de leurs chaînes d’approvisionnement.

Toutefois, à ce stade, nous ne pouvons pas encore garantir à cent pour cent que les exigences que nous imposons à nos fournisseurs directs sont observées jusque dans les mines. La cause en est qu’une vérification globale de la chaîne d’approvisionnement est une tâche très complexe. Actuellement, Volkswagen n’achète pas elle-même les matières premières pour ses batteries, mais se procure uniquement des cellules de batterie finies. Par conséquent, jusqu’à huit étapes de transformation et fournisseurs intermédiaires séparent les batteries que nous utilisons et la mine, ce qui rend la chaîne d’approvisionnement opaque.

Transparence et risques pour la durabilité concernant la chaîne d’approvisionnement illustrés par la production de batteries.
Transparence et risques pour la durabilité concernant la chaîne d’approvisionnement illustrés par la production de batteries.
1 Exploitation minière
2 Distributeur
3 Raffinerie
4 Cathode
5 Cellule de batterie
6 Transparence
7 Risque pour la durabilité
Logo de Drive Sustainability.

En nous basant sur une étude menée par l’initiative pour la durabilité « Drive Sustainability », dont Volkswagen est l’un des membres fondateurs, nous avons identifié 16 matières premières qui présentent un risque élevé de violations des exigences en matière de durabilité. Parmi celles-ci, on retrouve également le lithium et le cobalt. Notre objectif est de tracer la chaîne d’approvisionnement de ces matières en amont jusqu’à l’exploitation, d’identifier tous les fournisseurs et de mettre au jour les risques pour la durabilité. Ensuite, nous prendrons des mesures pour réduire ces risques et utiliserons nos forces en tant que Groupe Volkswagen pour imposer de meilleures normes environnementales et sociales sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

Afin de disposer de tous les moyens techniques nécessaires à ce processus à l’avenir, nous mettons à l’épreuve des technologies innovantes. Ainsi, dans un projet pilote impliquant IBM et d’autres partenaires dans le cadre du Responsible Sourcing Blockchain Network (RSBN), une chaîne de blocs sera utilisée pour permettre une traçabilité sans faille et transparente presque en temps réel de minéraux tels que le cobalt. Les données saisies à chaque étape de transformation ne peuvent plus être modifiées ni supprimées par la suite, et ce, de la mine à l’usine Volkswagen.

Concept d’une chaîne de blocs de la chaîne d’approvisionnement des matières premières : décentralisation, inaltérabilité, sécurité et transparence.
Concept d’une chaîne de blocs de la chaîne d’approvisionnement des matières premières : décentralisation, inaltérabilité, sécurité et transparence.
1 Mine
2 Fonte
3 Sous-traitant indirect
4 Transport
5 Sous-traitant direct
6 Volkswagen

L’acquisition de ressources et les défis

Plus de la moitié du cobalt exploité dans le monde provient de République démocratique du Congo. L’essentiel est extrait des mines à ciel ouvert industrielles, mais des personnes creusent également à la recherche de cobalt pour leur propre compte dans des conditions sociales, environnementales et de sécurité que nous jugeons inacceptables.

Pour mieux comprendre et surveiller la situation sur place, nous travaillons à l’élaboration d’une norme pour la durabilité de l’exploitation minière de matières premières dans le cadre d’un projet de certification des matières premières (CERA).

Par ailleurs, pour faire bouger encore plus les choses et surtout pour empêcher le travail des enfants, nous sommes activement impliqués dans la Global Battery Alliance. Nous y rencontrons de nombreux acteurs de poids de la chaîne de valeur des batteries, avec l’objectif d’identifier et de mettre en œuvre des mesures concrètes afin d’améliorer la situation au Congo.

Le lithium est une autre matière première présentant un risque élevé pour la durabilité. Les plus grandes réserves se situent dans les lacs salés d’Amérique du Sud. Le lithium y est présent sous forme dissoute dans les saumures. Celles-ci sont pompées à la surface et le lithium est extrait par évaporation de l’eau. Une consommation excessive d’eau a toutefois des conséquences néfastes sur les écosystèmes et l’affectation des terres.

Le lithium existe aussi sous forme solide au sein du réseau cristallin de minéraux et peut être obtenu par une extraction de minerais métalliques classique. C’est notamment le cas en Australie où est actuellement exploitée la majeure partie du lithium.

Nous appelons également au respect de normes sociales et environnementales strictes pour le lithium contenu dans nos batteries. C’est pour cela que nous faisons face à notre responsabilité commune avec tous les acteurs concernés afin de diminuer les effets négatifs de l’extraction du lithium sur l’homme et la nature.  

Plus de recyclage, moins d’exploitation minière des matières premières

À long terme, l’objectif ne peut être que la réduction au minimum des matières premières critiques dans nos produits jusqu’à pouvoir s’en passer complètement. C’est pourquoi nous nous attelons d’ores et déjà aux recherches sur les technologies de batterie du futur et que nous travaillons d’arrache-pied pour réduire significativement la quantité de cobalt nécessaire dans les 3 à 4 ans à venir.

En outre, nous voulons couvrir les besoins en matières premières et accumulateurs d’énergie en recourant de plus en plus à des batteries usagées. Pour ce faire, nous passerons soit par la réutilisation de batteries usagées mais intactes (deuxième vie), par exemple dans des bornes de recharge rapide flexibles pour les festivals, soit par le recyclage direct des matières premières qu’elles contiennent.

En 2020 déjà, Volkswagen a lancé une installation pilote consacrée au développement de notre processus de recyclage innovant dans l’usine de Salzgitter, à deux pas de notre « Center of Excellence » pour cellules de batterie. Nous avons commencé à élaborer ce processus il y a 10 ans, et nous serons donc parfaitement préparés lorsque la première plus grosse vague de batteries usagées prévue nous reviendra fin 2020.

Représentation simplifiée du cycle de recyclage prévu pour les matériaux de cathode.
Représentation simplifiée du cycle de recyclage prévu pour les matériaux de cathode.
0 Exploitation minière des matières premières
1 Fabrication de la batterie
2 1re vie
3 Désassemblage du système de batterie
4 Analyse des modules de batterie
5 Autre utilisation des modules intacts (2e vie)
6 Broyage
7 Séparation et retraitement des composants
8 Réintroduction des matériaux de cathode, à savoir le nickel, le cobalt, le manganèse et le lithium, dans le processus de fabrication

Votre navigateur ne semble plus à jour.

Il se peut dès lors que notre site web ne fonctionne pas de manière optimale.
Nous vous recommandons de procéder à la mise à jour de votre navigateur.

Installer la version la plus récente vous permettra de surfer idéalement partout sur Internet.

Merci pour votre visite et bonne navigation.
Votre équipe Volkswagen